Le déblocage du PEL bientôt autorisé pour les meubles ?04/05/2015  



Ce retrait partiel n’entraînerait pas la résiliation du plan. Mais, bien entendu, la fraction du PEL utilisée pour financer l’acquisition de meubles ne serait pas prise en compte pour l'octroi de la prime d'épargne-logement. Si elle est votée à son tour par l’Assemblée nationale, cette mesure prendra fin le 31 décembre 2017. Les conditions d’application seront fixées par décret en Conseil d’État.
Pour les sénateurs à l’origine de ces amendements, il est impératif de mettre en place des « mesures concrètes et rapides d’incitation à la consommation de meubles ». Selon les statistiques de l’Insee, le marché de l’ameublement, dépendant de celui de l’immobilier, a chuté de 10 % en trois ans, « provoquant des sinistres économiques et sociaux, tant en fabrication qu’en distribution spécialisée d’ameublement ».


 Autres articles sur le même sujet :
Le projet de loi « Macron » profondément remanié

Le Sénat a adopté le projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques (dit projet de loi « Macron ») profondément remanié par rapport au texte adopté par l'Assemblée nationale.

Adoption de la loi Macron

Le projet de loi sur la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques (ou projet de loi Macron) a été définitivement adopté au terme de 7 mois de débats parlementaires.

Le PEL évolue

Le Plan Épargne Logement, va bientôt évoluer et pourra être utilisé de façon temporaire pour l’achat de meubles.

Des modifications pour la prorogation du PEL

Un arrêté harmonise la procédure de prorogation des plans d'épargne-logement.

Les retraites chapeaux ont encore de beaux jours devant elles

Les députés ont adopté en commission un amendement au projet de loi pour la croissance et l'activité visant à lier le versement effectif des retraites chapeau à la performance de l'entreprise.

Ruée sur le PEL

Jusqu’à la fin du mois de janvier, les épargnants pouvaient encore ouvrir un Plan d’épargne logement (PEL) au taux de 2,5% (brut) avant son abaissement à 2%. Très relayée par les banques elles-mêmes, l’opportunité a été saisie par de nombreux Français.