Hausses significatives des tarifs d'assurance17/02/2015  



En assurance automobile, Assurland constate une hausse de 2,3 %, qui s'explique surtout par le mauvais bilan routier de 2014 (+ 3,7 % de tués et + 2,5 % de blessés). L'assurance habitation enregistre la plus forte hausse : + 4,2 %. Cette dernière est notamment liée aux nombreuses catastrophes naturelles durant l'année 2014. D'autre part, les petits risques (dégâts des eaux, cambriolages, etc.) sont en constante augmentation, ayant inévitablement un impact sur les indemnisations et, par conséquent, sur les augmentations de primes. Enfin, les tarifs des assurances santé augmentent de 2,6 %. Les assureurs semblent anticiper les effets de la généralisation des complémentaires santé dans les entreprises qui conduira inévitablement à une déstabilisation de la branche assurance santé individuelle.


 Autres articles sur le même sujet :
Comment choisir un assureur ?

Sans grande surprise, les critères de choix d'un assureur les plus importants pour les Français sont le niveau de couverture et le prix, selon une enquête du cabinet Simon-Kucher.

Les assureurs exemplaires en terme de confidentialité

L’assurance est le premier secteur réglementé à établir un pack de conformité avec la CNIL.

Hausses des tarifs d'assurance auto et MRH

Les tarifs d'assurance auto et habitation vont continuer d'augmenter en 2014.

8 Français sur 10 attendent une relation privilégiée de la part de leur assureur

Selon le sondage exclusif réalisé par Harris Interactive pour Groupama avec LCI sur « Les Français, la relation client et les assureurs », les attentes des français sont particulièrement élevées en matière de qualité et de proximité dans le milieu bancaire et de l’assurance.

A quoi servent les assurances ?

A quoi servent vraiment les assurances obligatoires ? A se protéger pour 70 % des Français.

Assurance française au ralenti au 1er semestre

Les primes collectées sur le marché français ont reculé de 4 % au 1er semestre 2008, la hausse modérée des assurances de dommages n'ayant que partiellement compensé la baisse sensible des assurances de personnes.