Changement de mode de calcul pour les intérêts légaux25/08/2014  



Ce taux de référence, principalement utilisé dans les procédures civiles ou commerciales, sert notamment au calcul des indemnités de retard. Le mode de calcul actuel est fondé sur le taux de financement de l'État à treize semaines, dont le niveau actuel est pratiquement nul. Pour le gouvernement, le taux de l'intérêt légal ne joue donc plus son rôle d'incitation au remboursement rapide du créancier. Deux taux de l'intérêt légal seront désormais calculés : l'un applicable de manière spécifique aux créances dues aux particuliers, qui présentent des coûts de refinancement en moyenne plus élevés que les autres catégories d'emprunteurs, le second applicable à l'ensemble des autres cas. L'actualisation se fera une fois par semestre, contre tous les ans actuellement, afin de refléter au mieux les fluctuations de l'activité économique.

 Autres articles sur le même sujet :
Intérêt légal : Nouvelles bases de calcul

Le taux d'intérêt légal change de base de calcul au 1er janvier 2015?.

0,04 % le taux d'intérêt légal pour 2014

Le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014

Le retour de l’éco-prêt à 0%

Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, a présenté mercredi en conseil des ministres son projet de loi "pour un nouveau modèle énergétique français".

Crédit immobilier et garantie des dépôts bancaires : la France va transposer deux directives européennes

Le ministre des Finances et des Comptes publics a présenté mercredi en Conseil des ministres un projet de loi portant diverses dispositions d'adaptation au droit de l'Union européenne en matière économique et financière.

Les Forêts gardent leur avantage fiscal

Le projet de loi de finances rectificative pour 2013, présenté mercredi en conseil des ministres, proroge jusqu'en 2017, avec divers aménagements, le dispositif d'encouragement fiscal à l'investissement forestier.

Simplifications comptables pour les entreprises

Pierre Moscovici, ministre de l’économie et des finances, a présenté en Conseil des ministres le 29 janvier 2014 une ordonnance allégeant les obligations comptables des micro-entreprises et petites entreprises.