La location sur Airbnb est-elle soumise à la TVA ?05/03/2018  



Lorsqu'un propriétaire loue un logement par l'intermédiaire d'un site comme Airbnb, il bénéficie d'une exonération de TVA, à l'instar des bailleurs louant leur bien par eux-mêmes ou en passant par une agence. Cette exemption concerne les locations nues ou meublées. Une réponse ministérielle rappelle toutefois que si cette location s'accompagne d'au moins trois prestations para-hôtelières parmi celles mentionnées au b du 4° de l'article 261 D, à savoir le petit-déjeuner, le nettoyage régulier des locaux, la fourniture de linge de maison et la réception de la clientèle, ces opérations doivent, à l'instar des prestations fournies par les professionnels de l'hôtellerie, être taxées à la TVA (sous réserve du bénéfice de la franchise en base).


 Autres articles sur le même sujet :
Une taxe de séjour collectée par AirBnB

La taxe de séjour s'applique aux personnes louant un logement sur Airbnb. Elle est due par personne et par nuit. Son montant peut varier de 0.20€ à 4€.

La sous-location est-elle fiscalisée ?

Un propriétaire louant un immeuble nu à un locataire qui lui-même sous-loue en meublé doit-il déclarer ses revenus locatifs dans la catégorie des revenus fonciers.

Modulation écologique de la taxe foncière

Le gouvernement réfléchit à une modulation des taxes foncières afin d'inciter les propriétaires à engager des travaux d'économies d'énergie dans leur logement.

Louer moins cher en échange d’une exonération fiscale

La nouvelle exonération fiscale pour les propriétaires acceptant de louer en dessous des prix du marché est entrée en vigueur le 1er février.

Un site pour connaître les taxes de séjours

Un mini-site dédié à la taxe de séjour est désormais accessible depuis le site impots.gouv.fr et collectivites-locales.gouv.fr dans lequel figureront les taux de taxe de séjour votés par les collectivités locales.

Pourquoi les bailleurs préfèrent louer sur AirBnb ?

Les locations sur airbnb rapportent près de trois fois plus qu’une location classique. Résultat : Un quart des appartements du centre de Paris sont loués par ce biais.