Coup de mou sur le marché automobile06/11/2017  



En octobre 2017, les immatriculations de voitures particulières neuves, hors véhicules des domaines et transit temporaire, baissent de 0,4 % par rapport au mois précédent en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (173 350 véhicules contre 174 114 en septembre 2017). En données brutes, le nombre de voitures immatriculées en France métropolitaine, hors véhicules des domaines, véhicules militaires et transit, s’élève à 176 079 en octobre 2017 contre 154 689 à la même période de l’année précédente, soit une hausse de 13,8 %. Le nombre d'immatriculations très bas d'octobre 2016 par rapport à celui d'octobre 2017 s'explique en partie par un nombre de jours ouvrés inférieur.


 Autres articles sur le même sujet :
Contrôle technique renforcé

À compter du 20 mai 2018, le contrôle technique automobile sera plus contraignant avec la transposition en France d'une directive européenne. Prévoir 80 euros en moyenne !

Immobilier : coup de mou sur la Côte Atlantique

Le marché immobilier des résidences secondaires semble repartir à la hausse, mais pas partout. Analyse de Guy Hoquet.

Les automobilistes européens rapportent gros !

L'Automobile Club Association (ACA) dévoile une étude menée en partenariat avec la Fédération de l'Automobile (FIA) qui compare à l'échelle européenne le montant des taxes payées par les usagers pour le transport eu égard des investissements réalisés dans le réseau routier.

Les ventes de voitures s'accélèrent

En juillet 2017, les immatriculations de voitures particulières neuves, hors véhicules des domaines et transit temporaire, augmentent de 3,1 %.

Arnaque aux voitures d’occasion

Près de la moitié des commerces d'automobiles d'occasion inspectés par la Répression des fraudes en France présentent des "anomalies" qui peuvent aller jusqu'à des pratiques illicites "systématiques ».

62% des Français tentés par des investissements « non traditionnels »

Selon une enquête réalisée par l'institut CSA pour le compte de l'Autorité des marchés financiers, 62 % des Français ont entendu parler des offres de placement non traditionnel.