Un testament dicté par oral est-il valide ?19/08/2017  



Un testament dicté à un tiers est nul même si des témoins attestent qu'il correspond bien aux volontés du défunt et s'il est signé par lui, a rappellé la Cour de cassation le 15 juin 2017. Dans cette affaire, la légataire universelle faisait valoir que le testateur avait signé le testament qu'elle avait rédigé sous sa dictée en présence de deux témoins l'ayant eux-mêmes signé et que l'intention du défunt de faire un legs était également attestée par de nombreux témoignages. Son argumentation n'a pas été suivie. La Cour de cassation rappelle une nouvelle fois qu'un testament manuscrit doit être entièrement rédigé, daté et signé de la main du testateur comme le prévoit le code civil. Par ailleurs, il est toujours possible de s'adresser à un notaire qui établira un « testament authentique », par exemple si la maladie empêche le testateur d'écrire ou de signer.


 Autres articles sur le même sujet :
Indivision, comment calculer les droits ?

La valeur des droits indivis doit être réduite par rapport à la valeur totale du bien.

Successions internationales et protection du conjoint : que change le nouveau règlement européen ?

Nouveau règlement européen sur les successions internationales : quels réflexes adopter pour protéger son conjoint et ses héritiers ? Tribune de Marion Chapel-Massot, Responsable Gestion Privée chez Equance.

Foncier forestier : La position des notaires

Le Conseil Supérieur du Notariat a publié hier un commentaire concernant les annonces gouvernementales sur la restructuration du foncier forestier.

Successions internationales plus simples

Chaque année, 450 000 successions internationales sont enregistrées, représentant un montant estimé à plus de 120 milliards d’euros. Jusqu’à présent, les familles en deuil étaient confrontées à des règles différentes en matière de compétence et de droit applicable dans les 27 États membres de l'UE, créant un véritable casse‑tête juridique.

Une attitude injurieuse suffit-elle à provoquer l'annulation d'une donation ?

Si l'ingratitude est une des causes de révocation des donations, la Cour de cassation rappelle que la gravité des injures ou des sévices est toujours souverainement appréciée par les juges en fonction des circonstances ou du contexte entourant les relations entre donateur et donataire.

Un juge peut autoriser l'administrateur d'une indivision à vendre

L'administrateur provisoire d'une indivision qui ne dispose pas du pouvoir de vendre peut néanmoins se faire autoriser, par une décision spéciale du président du tribunal de grande instance, à céder des biens indivis dès lors que la mesure est justifiée par l'urgence et l'intérêt commun.