Pourquoi le nombre de Livret A chute ?14/08/2017  



D’après le dernier observatoire de l’épargne réglementée réalisé par la Banque de France, les Français détiennent de moins en moins de Livret A. A fin 2016, on comptait 55,8 millions de personnes qui détenaient ce produit, contre 61,1millions en 2015. Mais ce recul de plus de 5 millions du nombre de livrets A n’est pas lié à un désamour pour le placement mais à la procédure de lutte contre la multi détention de livrets A, mise en œuvre depuis le 1er janvier 2013. Entre 2012 et 2016, le nombre d’épargnants adeptes de ce placement a ainsi reculé de 15,2%. Plus récemment, la loi Eckert, entrée en vigueur au 1er janvier 2016, a accentué le phénomène. Celle-ci oblige les banques à recenser les comptes inactifs, puis,à terme, à les fermer et à transférer les sommes à la Caisse des dépôts. Elle explique, en effet, près de 90 % de la diminution des comptes constatée sur l’année.


 Autres articles sur le même sujet :
Les Français épargnent trop !

Le taux d'épargne des Français de nouveau en hausse, à 15.50% de leurs revenus.

Les Français tapent dans leur tirelire

Après un mois de décembre dans le vert, le livret A et le livret de développement durable renouent avec une collecte nette négative en janvier, selon le tableau de bord mensuel de la Caisse des dépôts.

10ème mois de décollecte pour le livret A

Les Français continuent de retirer leur argent placé sur le livret A.

Les ménages confiants dans leur capacité d’épargne

En novembre 2015, la confiance des ménages est stable. L'indicateur qui la synthétise se maintient à 96, un niveau inférieur à sa moyenne de longue période (100).

La baisse des taux du Livret A n’est pas finie

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a plaidé lundi en faveur d'une baisse de la rémunération du Livret A, dont le taux doit être révisé le 1er août.

Les performances des placements à l’essai

L'Institut de l'Epargne Immobilière et Foncière (IEIF) vient de publier son étude annuelle sur la performance des placements sur courte, moyenne et longue période, comparant les performances de l’immobilier sous toutes ses formes.