Entreprise : la bonne foi devient la norme20/06/2017  



«Chacun peut se tromper», soutient Gérald Darmanin dans les colonnes du journal Les Échos , ce vendredi. C'est sur ce principe même que l'exécutif envisage de présenter un projet de loi accordant un «droit à l'erreur» aux citoyens vis-à-vis de l'administration. Objectif affiché, rétablir la confiance avec les pouvoirs publics. «L'administration a le pouvoir de sanction, mais elle a aussi le devoir de conseil», affirme le ministre.

Les particuliers et entreprises honnêtes ne se verront pas sanctionnés de manière automatique, lorsqu'une obligation réglementaire n'est pas remplie. «Nous allons par exemple proposer des procédures de rectification dans le cadre des contrôles fiscaux ou dans le domaine douanier, selon la logique du rescrit: vous êtes chef d'entreprise et vous avez besoin de savoir si vous êtes dans les règles, vous pourrez demander à l'administration de se pencher sur votre cas pour vous en assurer, sans risque de sanction», explique le ministre de l'Action et des comptes publics. «Cela sera valable pour de nombreuses administrations».  Sur ce principe, le gouvernement prévoit donc de supprimer les sanctions pécuniaires, pénalités ou intérêts de retard, «en cas d'erreur de bonne foi» strictement. De ce fait, «les cas de fraude avérés, la matière pénale et les enjeux de sécurité» sont exclus de ce «droit à l'erreur». Autre volet majeur de ce projet de réforme: la «médiation au sein des Urssaf pour faciliter la vie des entreprises». Présenté en Conseil des ministres cette semaine, le projet de loi devrait donc voir le jour «dans les prochaines semaines», selon Gérald Darmanin.


 Autres articles sur le même sujet :
Impôts, une erreur est-elle une faute ?

On peut toujours régulariser ses impôts quand on est de bonne foi.

Lois de finances 2016 : quelles mesures pour les entreprises ?

Tour d’horizon des allègements et des principales réformes pour les entreprises proposés.

Qui prélèvera l’impôt à la source ?

Ce sont les entreprises qui devraient être chargées du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu.

Retour à la case départ pour le prélèvement à la source ?

Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a précisé que le prélèvement à la source “ne se fera pas” s'il se révèle être une “source de complexité pour les entreprises”.

Impôts : pourquoi les entreprises payent de moins en moins ?

La chute des recettes tirées de l’impôt sur les bénéfices des sociétés entraîne un accroissement de la pression sur les particuliers.

Plan d’Epargne Retraite Entreprises : le boom continu !

En 2016, les cotisations des Plans d’Epargne Retraite Entreprises sont en hausse de 6 % et atteignent 2,4 milliards d’euros, dont 163 millions d’euros de versements volontaires (+11 %).