L’immobilier ancien a toujours le vent en poupe01/05/2017  



Face à une demande qui ne fléchit pas, les prix sur le marché de l'immobilier ancien continuent leur remontée, selon le baromètre LPI-Se Loger basé sur les données du mois de mars. Certes, les prix affichés dans les annonces ont légèrement fléchi au cours des trois derniers mois (- 0,2 % de façon globale, - 0,5 % pour les appartements). L'augmentation des prix signés reste néanmoins soutenue sur la même période (+ 0,6 % de façon globale, + 0,7 % pour les appartements). La marge de négociation, qui a reculé ces derniers mois, s'établit en moyenne à 4 % (3,3 % pour les appartements et 4,8 % pour les maisons). Parmi les villes suivies par le baromètre, les hausses sur trois mois sont significatives à Saint-Etienne (+ 10,1 %, 1 359 euros/m2), Strasbourg (+ 9,8 %, 3 378 euros) et Reims (+ 6,4 %, 2 426 euros). Au niveau national, la hausse des prix sur un an est de 3,6 % (+ 3,5 % pour les appartements et + 3,8 % pour les maisons).


 Autres articles sur le même sujet :
Accélération des prix dans l'ancien

Le baromètre "LPI - Se Loger" du mois de janvier confirme l'accélération de la hausse des prix sur le marché de l'immobilier ancien.

L’ancien redémarre

Selon le dernier baromètre LPI-SeLoger, en 2015, les prix des appartements anciens ont augmenté dans plus de la moitié (56 %) des grandes villes de France.

Immobilier : Le marché flambe

Selon le baromètre LPI-Se Loger, les prix des logements anciens signés dans les contrats de vente étaient en progression de 4,3 % sur un an au niveau national, contre + 1,5 % en juin 2016.

L’immobilier en forme

Selon le baromètre LPI-Se Loger, le mois de février a vu les prix immobiliers signés augmenter dans 64,7 % des villes de plus de 100 000 habitants sur un an.

Immobilier : les prix baissent, faut-il s’inquiéter ?

Selon le dernier baromètre LPI-SeLoger, les prix des logements anciens en France ont reculé en moyenne de 1% entre juillet et septembre.

Immobilier : les prix baissent-ils vraiment ?

Depuis cet été, la pression sur les prix de l'immobilier ancien se serait relâchée et un mouvement de baisse s'est amplifié en octobre, selon le baromètre LPI-SeLoger.