2 euros de plus chez le médecin01/05/2017  



Au 1er mai, après six années de stagnation, le tarif de la consultation chez un médecin généraliste passe de 23 à 25 euros. Cette revalorisation de deux euros vaut pour les consultations chez les généralistes conventionnés en secteur 1, soit 94% des professionnels. Pour tous les patients qui ont une mutuelle, l'augmentation n'aura pas d'impact sur leur portefeuille car les deux euros supplémentaires seront pris en charge dans le remboursement de la consultation. La répartition habituelle reste en vigueur, à savoir 70% pour l'Assurance maladie et 30% pour la mutuelle.

Les 5% d'assurés sociaux qui ne cotisent pas à une complémentaire de santé devront s'acquitter eux-mêmes de la part mutuelle, soit 7,5 euros contre 6,9 euros jusqu'à présent. Pour les bambins âgés de 0 à 6 ans, qui font l'objet d'une tarification spéciale, le rendez-vous chez le médecin coûtera désormais 30 euros. D'autres augmentations tarifaires, notamment pour les consultations chez les spécialistes interviendront à l'automne.


 Autres articles sur le même sujet :
Prix des médecins en hausse

Le prix de la consultation chez un médecin généraliste de secteur 1 (tarifs conventionnés), fixé à 23 € depuis 2011, pourrait bien être revu à la hausse.

Au bureau on peut papoter mais pas vapoter !

L'interdiction de vapoter au travail entrera en vigueur le 1er octobre 2017.

Sport sur ordonnance

Depuis le 1er mars 2017, les médecins généralistes peuvent prescrire une activité physique à leurs patients.

Mutuelle d'entreprise obligatoire : quid des anciens salariés ?

Le 1er juillet prochain, l’encadrement progressif des tarifs des contrats d'assurance complémentaire santé entrera en vigueur pour les anciens salariés qui souhaitent conserver leur mutuelle d'entreprise.

Hausse des fraudes à la sécu

43 000 fraudes aux prestations sociales ont été détectées en 2016, soit 0.36 % des bénéficiaires.

interdiction de vapoter dans les lieux publics

Publication d'un décret entrant en vigueur le 1er octobre 2017 concernant le vapotage dans les lieux de travail fermés et couverts à usage collectif