Le pouvoir d’achat ralentit20/03/2017  



Au premier semestre 2017, la croissance du produit intérieur brut de la France va rester solide (+0,3 % au premier trimestre puis +0,5 % au deuxième), retrouvant un rythme comparable à celui de la zone euro. L’acquis de croissance annuelle pour 2017 serait de +1,1 % dès la mi-année. Les entreprises resteraient enclines à investir. En outre, leurs exportations garderaient le tonus regagné fin 2016. Le commerce extérieur pèserait ainsi nettement moins sur la croissance qu’en 2016. Avec des gains de pouvoir d’achat diminués par le regain d’inflation, les ménages freineraient un peu leur consommation tout en épargnant un peu moins. Leur investissement en logement resterait dynamique. L’emploi total progresserait de 93 000 sur le semestre et le taux de chômage continuerait de diminuer modérément, à 9,8 % mi-2017.
(source Insee)


 Autres articles sur le même sujet :
La croissance ralentie dans l’OCDE

La croissance du produit intérieur brut (PIB) réel dans la zone OCDE s’est ralentie à 0,4% au troisième trimestre de 2015, par rapport à 0,6% enregistré au deuxième trimestre.

Le point sur la croissance des pays riches

La croissance du produit intérieur brut (PIB) réel du G20 est restée stable, à 0,7%, au deuxième trimestre de 2016.

La croissance revue à la hausse

Au premier trimestre 2016, le produit intérieur brut (PIB) en volume augmente de 0,6 %, ce qui rehausse légèrement la première estimation de l’Insee (+0,5 %).

Pourquoi la croissance anglaise est plus forte que la nôtre ?

Le résultat du référendum du 23 juin 2016 décidant du « Brexit » crée une forte incertitude sur les perspectives de croissance au Royaume-Uni et dans la zone euro, dont la France. Pendant les trois ans qui ont précédé, entre mi–2013 et mi–2016, le produit intérieur brut (PIB) a crû nettement plus outre-Manche (+ 7,7 %) qu’en France (+ 2,8 %), soit 0,4 point d’écart en moyenne par trimestre. Les différences étaient moins marquées auparavant.

La croissance des salaires reste atone

Le rétablissement du marché du travail se poursuit et l’emploi devrait rejoindre son niveau d’avant la crise en 2017. Néanmoins, la croissance des salaires reste faible, selon un nouveau rapport publié par l'OCDE.

Emploi salarié, ça repart fort !

L'emploi salarié augmente de nouveau solidement au premier trimestre 2017.