Les inégalités se creusent en France14/11/2016  



Elles se sont même accentuées parmi les ménages les plus modestes. Le patrimoine moyen des 10 % de ménages les moins dotés, presque intégralement constitué de comptes-chèques et de livrets d’épargne réglementée, a en effet diminué de 30,2 %. Le rapport entre les 10 % les mieux lotis et les 10 % les moins dotés a augmenté d'un tiers sur la période. Enfin, au sein des 10 % de ménages les moins dotés, l'inégalité patrimoniale s'est également fortement accentuée. L'immobilier reste la composante la plus importante du patrimoine brut des ménages (61 %). Il est également l'élément révélateur des inégalités. Les ménages les plus modestes n'ont pas accès à la propriété : seul un quart des 50 % les moins bien dotés sont propriétaires, alors que chez les 10 % les plus riches, ils sont 95 % à posséder au moins un bien immobilier. L'INSEE observe néanmoins une progression de l'immobilier chez les ménages les plus jeunes (part de 14,6 % chez les moins de 30 ans, + 4,2 points), à la faveur d'un contexte de taux bas. Début 2015, la moitié des ménages déclaraient un patrimoine brut supérieur à 158 000 €.


 Autres articles sur le même sujet :
Le patrimoine professionnel des ménages

En France, début 2015, 15 % des ménages détiennent un patrimoine professionnel.

L’attractivité retrouvée du PEL

Début 2015, le taux de détention des produits d’épargne-logement reste comparable à celui de 2010, après un fort repli entre 2004 et 2010 (– 10 points).

Baisse du niveau de vie en France

L’Insee a réalisé une étude intéressante sur les inégalités de niveaux de vie et la pauvreté en 2013.

Les principales erreurs commises par les investisseurs

Vision et attitude court-termistes, sont les principales erreurs commises par les investisseurs, selon leurs conseillers en gestion de patrimoine, révèle l’étude de Natixis Global Asset Management.

Le patrimoine immobilier continue de surperformer

Selon la dernière étude de l’Insee, le patrimoine immobilier des français progresse très légèrement, le patrimoine financier stagne.

Baisses des dépenses des ménages

Selon l'Insee, au mois de novembre 2015, les dépenses des ménages en énergie se sont nettement repliées à -5,6% alors que l’on observait le mois précédent une hausse de 2,2%.