Les retraités s’inquiètent pour la santé01/02/2016  



77 % des actifs français de 45 ans et plus souhaitent prendre leur retraite dans les 5 ans à venir, mais 54 % affirment qu'ils ne le pourront pas. Selon la 9e enquête mondiale de la banque HSBC sur l'avenir des retraites, les principaux obstacles avancés par les Français sont financiers : 66 % n'ont pas assez épargné, 27 % ont des personnes à charge financièrement et 20 % sont très endettés. Par ailleurs, 48 % des candidats à la retraite anticipent une dégradation de leur situation financière après la cessation d'activité et la santé semble également être une préoccupation majeure. En effet, 44 % anticipent une dégradation de leur santé à la retraite, 76 % ignorent quel montant d'épargne serait nécessaire pour pouvoir, le moment venu, financer leurs soins de santé, et 68 % considèrent que les problèmes de santé pourraient constituer un obstacle à leur épargne retraite.


 Autres articles sur le même sujet :
La généralisation du tiers payant se normalise

Les complémentaires santé et les opérateurs de tiers payant proposent un socle de services autour d’une norme commune.

Les contrats collectifs dopent les complémentaires santé et prévoyance

En 2016, le marché de la complémentaire santé et de la prévoyance a été porté par les contrats collectifs.

Tiers payant invalidé

Invalidation par le Conseil Constitutionnel de l'instauration du tiers payant obligatoire (d'ici 2017) auprès des organismes complémentaires de santé (mutuelles, institution de prévoyance, assurances).

Le RSI évolue, enfin !

Il y a du nouveau pour le régime social des indépendants (RSI), concernant les délais de carence en cas de maladie et de grossesse.

Mutuelle d'entreprise obligatoire : quid des anciens salariés ?

Le 1er juillet prochain, l’encadrement progressif des tarifs des contrats d'assurance complémentaire santé entrera en vigueur pour les anciens salariés qui souhaitent conserver leur mutuelle d'entreprise.

Complémentaire santé des salariés, les entreprises jouent le jeu

Un an après la mise en place obligatoire d'une couverture santé au bénéfice des salariés, une étude montre que la majorité des entreprises vont plus loin que le minimum légal.