Rembourser un crédit seul25/01/2016  



Celui qui rembourserait seul ce crédit immobilier alors que l'immeuble appartiendrait aux deux, ne peut donc pas considérer, selon la Cour de cassation, qu'il enrichit son compagnon et que celui-ci lui devra un remboursement lors d'une éventuelle séparation. Il n'y a pas de loi réglant la contribution des concubins aux charges de la vie commune, rappelait la cour d'appel. Sauf s'ils en ont décidé et convenu autrement, chacun d'eux doit supporter les dépenses de la vie courante qu'il a exposées, sans qu'il y ait des comptes à faire. Et le remboursement du crédit immobilier, même s'il enrichit l'autre propriétaire indivis, est une dépense de la vie courante puisqu'il s'agit de loger la famille.
Lors de la rupture, les dépenses engagées par un concubin au bénéfice de l'autre ne peuvent faire l'objet d'un remboursement que si elles sont exceptionnelles, avait déjà jugé la Cour en janvier 2012. Elle disait alors que les travaux réalisés par un seul dans le domicile commun étaient une participation normale aux dépenses de la vie passée ensemble.
(Cass. Civ 1, 13.1.2016, X 14-29.746).


 Autres articles sur le même sujet :
Un site pour retrouver ses racines

Vous voulez retrouver des ancêtres ou explorer certains détails liés à des épisodes historiques ?

Nom et prénom de l'enfant : ce que l'on peut faire ou pas !

La faculté de choix ouverte aux parents pour le nom de famille de leur enfant ne peut être exercée qu'une seule fois, rappelle la Cour de cassation. Par ailleurs, les modalités pour changer de prénom sont plus simples.

Promesse de vente ne vaut pas toujours vente

Une promesse de vente n'oblige à vendre que si l'on est précisément d'accord sur la chose vendue et sur le prix.

Comment se répartissent les charges lors d'une vente en viager ?

La vente en viager ne comprend pas de règles impératives répartissant les charges entre le crédirentier (vendeur) et le débirentier (acquéreur).

Terrain agricole : comment éviter la préemption ?

Il est possible de vendre ou d'acheter des terrains agricoles en échappant au droit de préemption de la Safer. Tel est le cas, selon la Cour de cassation, si la vente regroupe à la fois des biens agricoles et des biens non agricoles.

Les vendeurs de plus en plus vieux

Selon les notaires d'Ile-de-France, entre 2005 et 2015, l'âge médian des personnes qui vendent leur logement est passé de 49 à 52 ans pour un appartement et de 53 à 57 ans pour une maison.