Les particuliers s’endettent toujours plus09/11/2015  



Le taux de croissance annuel des crédits aux particuliers connaît une nouvelle hausse en septembre 2015 (+ 3,9 % après + 3,4 % en août), en particulier sous l'impulsion des prêts à l'habitat (+ 3,6 %, après + 3,2 %). La Banque de France précise que la production des prêts immobiliers est toujours soutenue par les renégociations (9,7 milliards d'euros, après 9,9 milliards en août). La production de crédits nouveaux à l'habitat reste néanmoins à un niveau élevé en septembre (20,6 milliards d'euros, contre 20,2 milliards d'euros en août). Les taux d'intérêt des crédits à l’habitat à long terme à taux fixe confirment leur légère hausse initiée le mois dernier (2,23 %, après 2,18 % en août et 2,16 % en juillet). Quant au crédit à la consommation, la production est également dynamique (+ 4,2 %, après + 3,7 % en août). Le taux moyen des crédits amortissables à la consommation diminue (4,44 %, après 4,57 %).


 Autres articles sur le même sujet :
Crédit immobilier : les emprunteurs à la fête !

Nouvelle baisse des taux et fort rebond de la production de crédits immobiliers, tel est le constat de l’Observatoire Crédit Logement CSA pour ce début d’année 2016.

Les taux d'intérêt des crédits immobiliers baissent encore

Les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers par les banques en France ont continué de baisser au mois d'août comparé au mois précédent.

Immobilier : attention à la remontée de taux

Les taux d'intérêt des crédits immobiliers ont très légèrement augmenté en décembre, après une année de baisse continue.

Boom du crédit immobilier

Le crédit aux particuliers est toujours en croissance et la renégociation de prêts immobiliers à un niveau record.

Moins de crédits immobiliers

La production de crédits nouveaux à l'habitat s'est de nouveau repliée au mois de novembre en s'établissant à 15,3 milliards d'euros, contre 17,7 milliards d'euros en octobre et 20,5 milliards d'euros en septembre.

Les taux en hausse

L'Observatoire Crédit Logement estime que les taux n’ont pas cessé d'augmenter pour retourner à leur bas niveau de début d'année.