Le Prêt Social Location Accession, une solution méconnue12/10/2015  



Le PSLA est un dispositif d’accession à la propriété, divisé en deux phases, une locative et une autre acquisitive. Le dispositif offre de nombreux avantages fiscaux, tels que l'exonération de la taxe foncière pendant 15 ans ou la baisse de la TVA à 5,5%, et un parcours entièrement sécurisé (garanties de rachat et de relogement).
 

Il s’agit d’un prêt conventionné, accordé à un opérateur pour financer la construction ou l’acquisition de logements neufs, ce qui fera l’objet d’un contrat de Location Accession. Un particulier ne peut vendre son bien en Location Accession, seules les entreprises de promotion immobilière et les organismes HLM peuvent proposer un tel contrat.
Mais lorsqu’un ménage souscrit au PSLA, il passe par deux phases bien distinctes : une phase locative, pendant laquelle il s’acquitte d’une redevance. Le ménage peut ensuite choisir de lever l’option d’achat du logement. Il entre alors dans la phase d’accession, qui débute dès la levée d’option. Le prêt peut, à ce moment-là, être transféré au ménage. La durée maximale du prêt est de 30 ans.

 

La phase locative : pendant un temps limité, le ménage est locataire et paye une redevance. Ce laps de temps est déterminé lors de la signature du contrat et peut varier entre 4 mois et 3 ans.
La redevance est divisée en deux. Une part, dite locative, correspond au loyer. Comme tout locataire, le ménage s’acquitte d’une certaine somme pour vivre dans le logement. L’autre part, dite acquisitive, n’est rien d’autre que de l’épargne. Cette fraction servira d’apport si le ménage décide de lever l’option d’achat, et sera déduite du prix. Dans le cas contraire, la somme sera bien sûr rendue au ménage. Le montant de la part acquisitive est déterminé en fonction des capacités d’emprunt du ménage, lors de la signature du contrat Location Accession.
Enfin, le prix d’achat est minoré de 1% tous les ans (en phase locative) à la date d’anniversaire d’entrée dans les lieux.

 

La phase acquisitive : Le ménage lève l’option d’achat. La part acquisitive de la redevance est soustraite du prix total. À partir de là, plusieurs pistes sont possibles pour le financement du logement. Le ménage peut récupérer le prêt contracté par l’opérateur, mais ce n’est pas une obligation. Il peut aussi souscrire le prêt dans la banque de son choix. L’inverse est également possible : l’établissement de crédit peut décider de ne pas transférer le prêt.
Le ménage signe l’acte de vente lorsque les financements sont établis, après la levée de l’option d’achat. Il est alors définitivement propriétaire de son logement.


 Autres articles sur le même sujet :
Le prêt à taux zéro est élargi

Les conditions d'attribution et les modalités des prêts à taux zéro (PTZ) pour financer la première accession à la propriété sont modifiées.

Crédit immobilier : Les taux baissent encore

Les banques se suivent les unes les autres en misant sur les taux de prêt immobilier pour gagner des clients que les taux d’épargne n’attirent plus. Explications de Cécile Roquelaure, directrice de la Communication et des Études d’Empruntis.

Crédit immobilier, et si la baisse n’était pas finie

Au mois d’avril 2016, les taux de crédit immobilier du secteur concurrentiel, recensés par l’Observatoire Crédit Logement / CSA, se sont établis à 1.81% en moyenne, dont 1.89 % pour l’accession dans le neuf et 1.80 % pour l’accession dans l’ancien.

Crédit immobilier, ça monte, doucement !

Les taux des prêts immobiliers continuent leur lente remontée. Ils se sont établis à 1,55 % en moyenne en avril.

Immobilier : Les acheteurs veulent négocier les prix !

La part d'acheteurs potentiels se disant prêts à négocier le prix fixé par le vendeur est en hausse

Comment cumuler les avantages du PEA-PMA et ISF-PME ?

En cumulant les dispositifs PEA (abondement plafonné à 150 000 €, 2 PEA par foyer fiscal), et PEA PME (abondement plafonné à 75 000 €, et 2 PEA PME par foyer fiscal), c'est au total un portefeuille de 450 000 € qui serait exonéré d'IR sur les revenus et les plus-values de cession des titres, et d'ISF sur la valeur du portefeuille.